Les cloches ne sonnent plus

1943. Les cloches ne sonnent guère.


 

Img 0016
Img 0014
Img 0021
Img 18

Cette série de photographies, don de Mme Marie-Isabelle Bousmar, rappelle un évènement de l’Histoire d’Herseaux : l’enlèvement des cloches de l’église Saint-Maur par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale. (N° inv. 3_672)

En Belgique, les réquisitions des cloches débutent en 1943. Les besoins en métaux étant devenus trop importants, l’occupant décide de réquisitionner parmi le patrimoine campanaire. Les cloches, une fois décrochées, ont été référencées par une Commission créée dans ce but.

(voir la photothèque de l’IRPA)

Le 23 juin 1943, les Allemands emportent trois des quatre cloches de la paroisse Saint-Maur à Herseaux-Place. Victoire, Marie, Thérèse et Françoise, fondues par les frères Drouot, avaient été bénies le 9 juillet 1832. Seule Françoise, la plus petite, reste dans l’église, son poids de 175 kg la sauve de l’effort de guerre. Elle sonnera alors seule durant six ans. Le 31 juillet 1949, quatre nouvelles cloches sont baptisées à l’église Saint-Maur : Myriam (910 kg), Marie-Thérèse (560 kg), Chantal (500 kg) et Marguerite-Michel (300 kg). Elles sonnent pour la première fois le 6 août 1949 en chœur avec leurs consoeurs herseautoises de Saint-Jean-Baptiste et du Christ-Roi.

Les différents clichés présentés ont été effectués par Victor Bousmar, alors employé communal à Herseaux. La photographie de la réquisition des cloches a été prise clandestinement depuis la Maison communale en face de l’église.

Img 0022 2
Img 0019
Img 0023

Le Musée détient les photographies des cloches de l’église Saint-Barthélemy de Mouscron ôtées le 30 septembre 1943. Le gros bourdon « Marie-Louise » et la cloche moyenne « Françoise » sont embarqués par les Allemands, « Thérèse-Colette », la plus petite, reste dans le clocher.
(N° inventaire : 1_17441, 1_17434, 1_17437)

1 17441
Img 0022 1
1 17437


Les cloches jouent un rôle primordial dans la vie quotidienne d’une cité. Elles rythment les journées depuis de nombreux siècles : Elles sonnent les différents offices religieux, mais ont également un rôle public en marquant les heures, les incendies, les grands évènements religieux et civils.

Il existe différentes façons de sonner une même cloche. Le tintement est une sonnerie simple surtout utilisée pour les heures. Le glas est composé de tintements espacés de plusieurs secondes. La volée est la sonnerie la plus connue : la cloche est balancée et son battant vient la frapper à chaque oscillation. Elle est utilisée pour les grandes fêtes ou l’appel des fidèles à la messe. La culture du carillon en Belgique (préservation, échanges et sensibilisation) est reconnue comme meilleure pratique de sauvegarde du patrimoine immatériel par l’UNESCO (depuis 2014)


Si vous disposez d’informations sur les cloches réquisitionnées durant la Seconde guerre mondiale, n’hésitez pas à nous contacter   

Centre de documentation du Musée  musee.documentation@mouscron.be - 056/86.04.65

L'article vous a plu ? Partagez-le !