Les Gildes

La charte de Charles-Quint et les Gildes de Mouscron

En ce mois de novembre, le musée vous propose un retour en arrière, vers le premier objet conservé par le Musée. Il s’agit d’une copie certifiée conforme de la charte de Charles-Quint accordant franchise aux confréries d’archers Saint-Sébastien et d’arbalétriers Saint-Georges de Mouscron.

1 1 1

N° inventaire : MFM1_1

Les Gildes trouvent leur origine au Haut-Moyen-âge (5e-10e siècles), il s’agit d’associations de personnes réunies autour d’un intérêt commun (métiers, activités d’utilité publique ou commerciale). Des gildes militaires voient alors le jour pour la protection des villes et communes. Ces milices prennent ensuite la forme de groupement de tir sur les champs de batailles. Entre le 15e et le 16e siècle, ces corps armés se transforment en sociétés d’agrément pour les notables. Mouscron compte alors deux gildes: les archers et les arbalétriers. Grâce au soutien d’Antoine de la Barre, seigneur de Mouscron, elles obtiennent de Charles-Quint le statut de confréries franches de Saint-Sébastien (pour les archers) et Saint-Georges (pour les arbalétriers) par une charte signée le 28 juillet 1531. Ces gildes avaient pour mission de défendre le seigneur de Mouscron, le curé, les baillis et étaient tenus de prêter main forte à la justice en cas de besoin. Ce document prévoit le nombre de membres (50 archers et 40 arbalétriers), la désignation d’un roi et de ses officiers au sein de la gilde, ainsi que les droits et devoirs des adhérents, allant de l’uniforme aux punitions des éventuels manquements, en passant par le déroulement des activités de la confrérie. Antoine de la Barre met également un terrain à disposition des confréries afin qu’elles puissent y installer leurs berceaux et s’y exercer. Son petit-fils, Guilbert de la Barre leur offrira la pleine propriété de ce terrain situé dans la rue de Courtrai par un acte de donation daté du 16 mai 1589.

Vers 1743, les gildes subissent un léger déclin. Les charges financières s’avèrent en effet plus conséquentes que les compensations. Une copie de la charte de 1531 est alors réalisée en vue d’une réorganisation des confréries.

C’est ce document qui est conservé au Musée.
N° inventaire : MFM 1_1

1 1 2
1 1 3
1 41700

Daté du 9 septembre 1743, ce document reproduit la charte rédigée en 1531. Il se présente sous la forme d’une double feuille timbrée, comme tout acte notarié. Le timbre, sous forme de sceau, représente un lion dans un écu de style français surmonté d’une couronne perlée.  Il s’agit du blason du comté de Flandres. La date du document y est mentionnée : 1743. La mention « Vier S » fait référence au coût du timbre qui est de 4 sous. Le document est certifié conforme par H.V. Lerberghe et J.P. Du Ribreux, notaires issus respectivement du village et comté de Mouscron et de la ville de Courtrai. La charte de 1531 est maintenant perdue. Cette copie conforme est donc un document exceptionnel de l’histoire des gildes de Mouscron, qui disparaissent peu à peu après la Première Guerre mondiale.
Ce premier document conservé dans notre inventaire fait l’objet d’un don de Léon Maes, fondateur et conservateur du Musée, le 11 juillet 1953
Photo : "Le Roi de la Gilde" (début 20ème)
N° inventaire : MFM 1_41700

1 9756

Société Saint-Sébastien de Mouscron vers 1900
N° inventaire : MFM 1_9756

1 9757

Société Saint-Sébastien de Mouscron, vers 1890.
Aux extrémités, des enfants, ramasseurs de flèches, coiffés d’un chapeau d’osier tressé pour éviter d’être atteint par les flèches.
N° Inventaire : MFM 1_9757

Si vous avez des informations au sujet de la Gilde des arbalétriers Saint-Georges, n'hésitez pas à nous contacter :
musee.documentation@mouscron.be

L'article vous a plu ? Partagez-le !