Le porte-bougies de notaire

Le porte-bougies de notaire


 

>02/2016

Porte bougie notaire 3

Porte-bougies de notaire

 

Autrefois, les ventes aux enchères publiques se déroulaient « au dernier feu de bougie » ou « à l’extinction de la chandelle ». Le notaire allumait les mèches successivement, lorsque la dernière s’éteignait, la vente était remportée par le dernier renchérisseur.  

Numéro d’inventaire : 7_48

Don, 1953, Sacristain de St-Barthélémy

Porte bougie notaire 2
Porte bougie notaire 1

L’origine de cette coutume remonte à 1370 lorsque le roi de France Charles V accorde le privilège de la vente « ad extinctum candelae ».  Adoptée d’abord dans le Languedoc, on la retrouve ensuite sur les territoires de Mons, Cambrai et Lille ...

L’encyclopédie de Diderot de d’Alembert précise que ce type de vente entraînait régulièrement deux types de fraude.  La première était que les enchérisseurs tardaient à faire les mises de sorte à sous-estimer les biens.  La seconde était que certaines personnes profitaient d’une flamme chancelante pour tousser énergiquement et éteindre ainsi la bougie.  Pourtant, ce procédé reste d’application en France et notamment par la chambre des notaires de Paris, dans le quartier du Châtelet.

Gwenaelle Robert (responsable collections) - +32 (0)56 860 467 - musee.collections@mouscron.be

Les objets

L'article vous a plu ? Partagez-le !