N'oubliez pas

N oubliez pas

Table des matières

- La Grande Guerre vécue par les Mouscronnois
- Quand Mouscron passait à la soupe populaire
- Les Mouscronnois n’étaient plus chez eux
- A l’époque du pain « cacac », il fallait « foncer » !
- « Taupes » mouscronnoises de l’Intelligence Service
- Les poilus mouscronnois avaient leur journal
- De très lourds dégâts collatéraux
- Le 18 octobre 1918, à 10h, Mouscron est libérée
- Des monuments aux morts et pour les vivants
- Musée de folklore en mutation- Histoire d’une société d’Histoire

Mouscron 1914-1918 N’oubliez pas !

 4 août 1914 – 11 novembre 1918 le temps d’une guerre, la première appelée mondiale

23 août 1914-18 octobre 1918 le temps de l’occupation de Mouscron 

Avec le front si proche que les bombardements éclairent la nuit et font trembler le sol, Mouscron devient une ville de garnison où le soldat allemand occupe le lit de l’habitant. Les troupes installent leurs quartiers au sein d’une population, dont la majorité ouvrière et frontalière est rapidement sans travail et sans ressources. 

Comment faire quand le ravitaillement est si parcimonieux et que la faim vous tenaille ? Comment supporter l’ordre teuton et la discipline prussienne imposés par les « diables verts » ? Comment accepter la déportation et le travail forcé ? Comment renseigner les alliés au péril de sa vie ? En résumé, comment survivre ? 

Lorsque la délivrance arrive, la guerre n’aura pas trop labouré de ses griffes le sol mouscronnois. Mais à côté de ceux qui sont morts en montant la garde sur l’Yser, les civils restés au pays ont reçu tant de coups…

Ce numéro spécial a été réalisé en partenariat par le Musée de Folklore, la Société d’Histoire et le Journal Le Courrier pour commémorer le 90e anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918. 

Pour que vous… n’oubliez pas !

 @ Editions de l’Avenir S.A. 2008